Marie-Claude Pietragalla.jpg

Marie-Claude Pietragalla

Au Colisée de Roubaix, on l’a vue dans Lorenzaccio en 2017, et bientôt, après 40 ans de carrière, nous la retrouverons dans La Femme qui danse.  Qui aurait pu prédire son parcours exceptionnel alors que c’était pour canaliser son énergie d’enfant que Marie-Claude Pietragala commença la danse.

Cette pratique l’amène dès ses 9 ans à l’école de danse du Ballet de l’Opéra de Paris, où elle se fera nommer danseuse étoile à 27 ans. Elle dansera tous les grands rôles du répertoire classique (Gisèle, Odette, Carmen, ...)  et travaillera sous la direction des plus grands chorégraphes (dont Rudofl Noureev). Elle se révèle être une interprète de charisme ayant une présence impressionnante. Mais c’est dans la danse contemporaine qu’elle va trouver plus tard sa véritable vocation. Elle quitte l’Opéra de Paris pour diriger le Ballet National de Marseille en 1998. C’est le début de sa libération artistique. Cela l’amène à créer, en 2004, une compagnie avec Julien Derouault : le Théâtre du Corps. Grâce à sa compagnie, elle fait émerger de nouvelles esthétiques. Marie-Claude Pietragalla voit la danse comme un art total, qui mêle classique, contemporain, hip-hop, cirque et animation. 

Photgraphie Pascal Elliott

  • Figure emblématique de la danse française.
  • Ce qu'elle a dit «Je suis un animal dansant, un être incarné et désincarné qui évolue au grès d’un rythme intérieur, d’un souffle musical, d’une conscience éclairée".
  • Elle fonde en 2018 une école de danse ouverte à tous.
  • 2008 : Nommée chevalier de la légion d'honneur.

Bientôt en spectacle au Colisée

Un talent déjà applaudi sur notre scène

Vous aimerez aussi