• Théâtre

LE JEU DE L’AMOUR ET DU HASARD

  • mars
  • tarif
  • Plein46
  • Réduit / Catégorie 242
  • Catégorie 3 (dernier rang)33
  • Abonnés38
  • ABO. -26 ANS / ROUBAIX33
  • Dernière minute15
  • durée
  • 2H sans entracte


partager ce spectacle twitter facebook
covoiturage

Le covoiturage, c'est sympa, écologique et économique. Vous cherchez une place dans le véhicule d’un autre spectateur ou proposez de partager votre moyen de transport? Une plateforme de mise en relation entre spectateurs est désormais disponible sur notre site internet.

cliquez-ici
LAURE CALAMY | VINCENT DEDIENNE
CLOTILDE HESME | EMMANUEL NOBLET
MARIVAUX MIS EN SCÈNE PAR CATHERINE HIEGEL
Un très grand texte classique dans la splendeur d’une mise en scène fastueuse, avec une distribution de premier ordre : un pur régal !
En imaginant la double intrigue des travestissements Maîtres et Valets, le marivaudage trouve ici, sa forme la plus accomplie. C’est sous leurs déguisements, sous la livrée de valet et de soubrette que Silvia et Dorante peuvent se dire qu’ils s’aiment. De même leurs valets Arlequin et Lisette le feront vêtus comme de riches seigneurs. Catherine Hiegel place cette ode à l’amour travesti dans le parc d’un beau palais classique : tout n’est que ravissement et faste dans cette pièce subtile. Cette comédie aussi merveilleuse que drôle, aussi drôle que cruelle, est sublimée par une interprétation exceptionnelle, avec deux duos magnifiques. On a plaisir à voir en scène les visages de Vincent Dedienne, Laure Calamy, ou Clotide Hesme qui donnent un rythme et portent le texte avec une ardente intensité. Amateurs de grands textes, cette soirée est faite pour vous !

MOLIÈRES 2018 4 NOMINATIONS et Molière de la comédienne d’un spectacle privé pour Laure CALAMY

Avec également : Alain Pralon et Cyrille Thouvenin ainsi que Camille Gueirard ou Vérène Westphal (musiciennes)  | Marie-Edith Roussillon (assistante à la mise en scène) | Goury (décors) | Renato Blanchi (costumes) | Dominique Borrini (lumières)

« Rien ne nuit tant à l’amour que de s’y rendre sans façon. Bien souvent il vit de la résistance qu’on lui fait. » Marivaux

« Le mordant de Marivaux, grand pourfendeur des conventions de son temps, éclate dans les dialogues dont on entend chaque mot, joliment dits par une distribution excellente dans la langue très classique du XVIIIe siècle ! » Le Point

Le Jeu de l'amour et du hasard [teaser]

vous aimerez aussi...

  • MEURTRE MYSTÉRIEUX À MANHATTAN
  • LE MISANTHROPE VS POLITIQUE
  • 12 HOMMES EN COLÈRE